logo-recadre.jpg



UN DISPENSAIRE DANS SON VILLAGE 


       

Juin 2016

Le centre du Népal, très touché par le dernier séisme, est en pleine reconstruction. On peut y voir partout des tas de sable, graviers, ciment et matériaux de construction, notamment des briques pleines, toujours associés à des bottes de fer pour les poteaux en béton. Les routes sont sillonnées de tracteurs et camions lourdement chargés. Le bâtiment est en pleine effervescence et des milliers d'ouvriers travaillent sur les innombrables chantiers. La forte mousson avec ses inondations et nombreux glissements de terrains, ne semble pas ralentir cette frénésie de construction.

A cause des risques de glissement de terrain et comme le souhaitait le gouvernement népalais, le village de Laprak a bien été déplacé à Gupsi, 2800m d'altitude. La piste étant en très mauvais état, nous sommes montés jusqu'au village à pied, avec Ram Kumar Gurung. Toujours aussi accueillants, des cordons de villageois avec des guirlandes de fleurs et des "kata" nous attendaient à l'entrée du village.

Au contraire de l'effervescence qui règne ailleurs, dans les lieux où l'argent des grandes ONG a été généreusement distribué, rien n'a changé à Gupsi: toujours les mêmes cabanes de tôles et bâches en plastique. Les dirigeants du village avaient organisé une grande réunion et les villageois sont venus nombreux aux nouvelles. Très concentrée, enfants inclus, toute l'assistance écoutait attentivement et applaudissait régulièrement. Bien que déjà annoncés, Marsingh et Bhis Bahadur entre autres, se sont succédés pour longuement détailler les projets à venir ; notamment, grâce au financement participatif que j'ai mené en début d'année et votre soutien généreux, l'achat du 4X4 Mahindra Bolero qui leur sera offert et livré, dès que l'état de la piste le permettra. La livraison du véhicule indien chez le concessionnaire de Pokhara a tardé et la mousson nous a pris de vitesse. Il est, en ce moment, trop dangereux d'envisager son transfert jusqu'au village. Les Laprakis qui avaient participé aux photos prises pour illustrer mon projet sur le site Ulule en ont applaudi la réussite et ont grandement commenté avec joie le confort que leur apportera ce transport dédié à leur santé.

4x4 mahindra bolero
état de la piste

La collecte du financement participatif sur Ulule a généré, après commission de 8% au site : 16 637 Euros.
Coût du véhicule importé (taxes élevées) : 2 265 000 Roupies népalaises soit 19 196 Euros.
Son assurance : 33 830 Roupies népalaises soit 287 Euros.
Nous estimons le salaire à venir du chauffeur à 150 Euros par mois.

Nous avons ensuite abordé ce que les villageois attendent depuis très longtemps, et avec une impatience non contenue, le début des travaux pour la construction du dispensaire. Dorénavant, tout le monde s'accorde pour affirmer que le temps est venu d'agir! Rappelons que nous travaillons depuis des années et avec acharnement dans cette perspective, cet espoir (le titre de notre site: espoir-nepal.fr), la réalisation d'une structure médicale locale qui permettra, au moins aux 6 villages des environs, soit un bassin de population estimé à 10 000 personnes et notamment de nombreux enfants, de pouvoir accéder aux soins de base. En complémentarité, grâce au 4X4 qui leur sera bientôt offert, une évacuation vers un grand centre hospitalier sera possible. Comme je l'annonçais en début d'année, notre budget nous permet d'aborder cette construction et de concrétiser, enfin, notre grand projet. En avant donc!

Malgré le surcoût que cela implique (ferraillage important, continuité mécanique), cette petite structure carrée de 121 m2 sera évidemment entièrement parasismique. Pour l'instant, le bâtiment n'aura qu'un niveau mais, selon le développement futur du dispensaire, un second pourra être envisagé et dans cette éventualité, des fers seront laissés en attente en toiture pour une éventuelle reprise (comme c'est en général le cas au Népal). Au regard de l'énorme demande concernant actuellement sur place les professionnels du bâtiment et du handicap que représente le lieu de notre chantier (petite taille, éloignement, difficulté d'accès, inconfort, etc...), nos représentants locaux n'ont pas réussi à convaincre une entreprise professionnelle de se charger du chantier : je m'engage donc à être sur place dès mi-septembre pour superviser le déroulement des travaux.
Avantages de cette solution : pouvoir en direct vous en rendre compte mais aussi, donner localement du travail aux villageois. Il existe à Laprak des ouvriers qualifiés dont maçons et charpentiers. De même, le gouvernement offre actuellement des stages de formation aux jeunes.

 

 

 

Le coût de la main d'oeuvre est de 1000 Roupies/jour soit 8,50€/personne. Notre premier achat important et indispensable de matériel vient d'être réalisé : une bétonnière à moteur diesel, capacité 1 sac de ciment de 50kg (évidemment d'importation indienne), pour 240 000 roupies soit 2033€.

notre bétonnière

La première tranche des travaux - terrassement, implantation, fouilles, fondations, soubassement (éventuellement selon l'évolution, dalle) - pourra se dérouler de la fin septembre jusqu'au début de l'hiver et les premiers gels (nous sommes à 2800m d'altitude...).
Le budget TTC de cette première tranche se monte à 25 000 €. Cela comprendra la main d'oeuvre mais aussi le poste très important du transport des matériaux. En effet, l'éloignement et le mauvais état de la piste qui mène au village rend le coût de cet acheminement très conséquent: approximativement, selon ce que nous pourrons négocier en septembre sur la globalité d'une trentaine de voyages, 5000€. Précisons qu'une rotation de tracteur ou camion nécessite, selon le lieu d'origine des matériaux, 12heures A/R au village.

Gupsi 4

La seconde tranche pourra reprendre au printemps 2017, vers le mois de mars, dès que les températures redeviennent clémentes et pourra s'étendre jusqu'à l'arrivée de la mousson, mi-juin  - élévation des murs, cloisons puis poteaux (et bien dans cet ordre imposé par les normes parasismiques : appareillage de briques harpés dans les poteaux) - ouvertures - toiture. Le tout parasismique avec chaînages non seulement périphériques mais en ceinture des baies (montant de part et d'autre + bandes sismiques en alèses et linteaux). Le budget de cette seconde tranche reste imprécis et encore à estimer (notamment selon la qualité des menuiseries - bois de Sal ou autre). 
Evidemment, je ferai tout pour minimiser les coûts mais, sans jamais sortir des normes très strictes d'une construction parasismique. Mon engagement est entier et je suis prêt à y consacrer beaucoup de temps sur place. Les autorités du village (Marsingh et Bhis Bahadur) ainsi que Ram Kumar notre correspondant sur place, m'ont assuré de leur appui et total soutien : ils me seront indispensables pour mener à bien ce projet enthousiasmant.

En souhaitant vous avoir correctement informé et surtout rassuré sur la rigoureuse mise en oeuvre de l'aide que vous avez généreusement bien voulu me confier, j'espère continuer à avoir votre confiance et votre soutien tout au long de la concrétisation de notre long engagement.

Je joins à ces informations des photos que vous pouvez consulter ici :   photos Juin 2016   

Sur les fichiers ci-dessous vous pourrez localiser plus précisément les lieux : 
Terrain gupsi 1Terrain gupsi 1   Terrain gupsi 2Terrain gupsi 2   Terrain gupsi 3Terrain gupsi 3   Terrain gupsi 4Terrain gupsi 4   Terrain gupsi zoomTerrain gupsi zoom 

Merci pour votre confiance!
Gérard Naigeon
Président "Un dispensaire dans son village"

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Des nouvelles de Laprak, où les choses ne se passent pas vraiment comme nous l'aurions souhaité.... à consulter ici.